Le rythme c’est la vie. Il est inscrit dans notre corps. Etre dans son rythme est un cheminement personnel.
Nous faisons partie de l’univers où tout est rythmé : la création du monde ; le temps, notre naissance, notre voix, rythme précieux pour le psychanalyste qui va lui donner la voie de notre inconscient, celui de notre cœur et de notre respiration.

La respiration est à la fois consciente et inconsciente. La plupart du temps, comme l’animal, nous respirons instinctivement. Notre respiration va devenir consciente dès que les paupières closes nous l’observons ainsi que son rythme qui nous est donné par les temps de suspension poumons pleins à la fin de l’inspir ou poumons vides à la fin de l’expir ; celle ci va alors se ralentir et le mental qui l’observe va s’apaiser, se recentrer ce qui va permettre à notre conscience d’accéder à un niveau plus subtil que celui de notre conscience ordinaire.
Une respiration chaotique, irrégulière traduit un mal être. Une respiration calme, régulière et rythmée est apaisante.

Itshaq va à partir d exemples de cantillations hébraïques nous montre comment le rythme donné au verset chanté va toucher l’âme de celui qui le chante ou qui l ‘écoute. Dans la Torah, il y a une répétition mais pas de monotonie. Au fil du temps et de l’étude les prières se font avec une nouvelle vitalité : “chaque année Dieu injecte une nouvelle force” qui va nous donner un nouveau rythme et ainsi plus d’enthousiasme dans nos prières.”